29/01/2014

Rapport – La crise du système électrique européen - Commissariat général à la stratégie et à la prospective

Voici une analyse lucide alors qu'on nous parle d'une transition énergétique imposée par l'interventionnisme d'état.
L’Europe de l’énergie est en crise. Fin 2008, l’Union européenne se donnait, avec le « paquet climat-énergie », des objectifs pour 2020 de nature à frapper les esprits : des émissions de gaz à effet de serre réduites de 20 %, une efficacité énergétique accrue de 20 % et une part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie portée à 20 %. Cependant la cohérence entre ces objectifs reposait sur des anticipations qui se sont révélées erronées.... Suite...
- En savoir plus.

4 commentaires:

  1. L'idéologie écologique et l'interventionnisme des états et de l'Europe a conduit à cette situation de crise qui était pourtant prévue par certains; avoir favorisé par des prix de rachat absurdes, bien au dessus des prix du marché, les énergies renouvelables éolien et photovoltaïque, intermittentes et ne dispensant pas d'avoir les capacités de répondre à la demande des pointes, tuer le nucléaire en Allemagne et en France... le résultat est consternant. Des experts qui ne connaissent que de manière bureaucratique l'économie minière et le système de production-consommation d'électricité. La surcapacité en Allemagne des ENR est une absurdité; c'est du socialisme intégral! produire de l'électricité dont on n'a pas besoin. Et ne pas en produire quand on en a besoin! Cela relève de toutes les citations sur le socialisme.

    RépondreSupprimer
  2. Et voilà ce qui se passe aux US pendant ce temps Cliquer.

    RépondreSupprimer
  3. Lire cet article d'un spécialiste de Shelle sur le sujet [lien]

    RépondreSupprimer
  4. L'Europe a pour ambition la réduction des gaz à effet de serre, la sécurité énergétique et le coût compétitif de l'électricité produite. Ces objectifs sont mis à mal par la baisse du prix de charbon sur le marché international en raison de l'explosion du gaz de schiste aux États-Unis et les prix du gaz en Europe accrochés au pétrole. Du coup des centrales à gaz - à faibles émissions en CO2 - ferment à cause d'une rentabilité insuffisante et le charbon - à fortes émissions en CO2 - redevient compétitif. La solution proposée par cet expert de Shell est de combiner les ENR et les centrales à gaz pour assurer production de base et pointes et ainsi sécuriser l'approvisionnement.

    RépondreSupprimer

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.