Wednesday, November 30, 2016

Fillon président: ce que les patrons gagneraient, ce que les salariés perdraient | lentreprise.lexpress.fr

Retraites, fonctionnaires, immigration, TVA, famille...: ce que François Fillon promet aux Français | rtbf.be

La fin des 35 heures : le faux débat - Décryptage éco | Xerfi Canal

Encore un effort, François, et tu auras ta crise de régime | Eric Verhaeghe - justpaste.it

Cher François! On t'avait bien dit, l'an dernier, que l'organisation d'une primaire à gauche rendait difficile la préservation du prestige présidentiel.

Ce n'était pas nouveau, et c'était tout à fait prévisible: le matin, tu es président à l'Elysée, tu reçois des chefs d'Etat, Merkel t'appelle pour te remonter les bretelles, tu appelles Trump pour lui mettre un bonnet d'âme. L'après-midi, tu fais des réunions où tu décides de faire la guerre dans des endroits ou des déserts dont on n'a jamais entendu parler. Et le soir, tu te retrouves à un débat télévisé avec Marie-Noëlle Lienemann et Gérard Filoche où tu te fais traîner dans la boue parce que tu ne donnes pas assez d'argent aux pauvres. Et le lendemain, Angela te rappelle pour te demander si tu as bien dormi et si tu ne regrettes pas d'être allé tirer ton coup rue du Cirque avec un ridicule casque de Vespa sur la tête, un de ces casques que même les Napolitains ne portent plus. Parce qu'avec la déculottée que tu t'es prise la veille au soir devant plusieurs millions de Français sur tes frasques, les autres chefs d'Etat (et même les dirigeants d'autres planètes, ceux qui à Jean-Claude Juncker parle) commencent à te prendre encore moins au sérieux qu'avant.    Suite...


La gauche en état de décomposition avancée


Bataille rangée autour d'un cercueil : quand la gauche se suicide à coups de primaire plutôt que de livrer le seul combat qui pourrait la sauver...   
Comme en témoigne la primaire de la gauche, le PS semble aujourd'hui incapable de trancher entre les différentes idéologies qui le scindent. N'aurait-il pas dû, pourtant, le faire lors de son dernier congrès à Reims ? Les principaux logiciels de la gauche ne sont-ils pas remis en question aujourd'hui ?     Suite...

Tuesday, November 29, 2016

Nos belles restanques.


Mathématiques et sciences : les écoliers français en chute libre

Tous contre Fillon!!!!

En maths, les élèves de CM1 affichent les plus mauvais résultats en Europe. Najat Vallaud-Belkacem y voit le résultat des choix politiques de la droite, et du «gouvernement de M. Fillon».
Des résultats «mauvais», «inacceptables», qui «doivent nous alerter». La Ministre de l'éducation n'a pas mâché ses mots pour commenter ce 29 novembre les résultats de la France dans l'enquête internationale Timss (Trends in Mathematics and Science Study*), qui mesure depuis 1995 les performances des élèves en mathématiques et en science par niveau scolaire. Lors de la dernière évaluation, menée en 2015, les élèves français de CM1 ont été testés. Une première qui fait l'effet d'une douche froide... Car ils arrivent bons derniers (22e) dans l'Union européenne en mathématiques. Et se classent en avant dernière position, en sciences, devant Chypre. Suite...

Airbus licencie: réorganisation, suppression de doublons... productivité?



Airbus licencie, mais ce n'est pas à cause des déboires de l'A380

INDUSTRIE - Voilà une nouvelle vague de licenciements qui risque de faire du bruit. Airbus, fleuron international de l'industrie aéronautique, a annoncé ce mardi 29 novembre que 1164 postes seront supprimés en Europe en 2017 dans le cadre de sa restructuration. Le chiffre a été communiqué par les syndicats à la mi-journée et confirmés par la direction.

La droite française, droite la plus bête du monde ?



« Extraordinaire résultat que celui de la primaire de droite ! » Tels furent mes premiers mots pour décrire la victoire éclatante et passablement inattendue de François Fillon après le premier tour de dimanche dernier. Longtemps ignoré, chichement doté d’un petit 9% des intentions de vote début septembre, puis progressivement remarqué pendant les débats pour son calme et son programme de « transformation » de la France, il a laissé tout le monde sur place pour se fixer à 44% dès le premier tour. Et dimanche soir, second tour, grande victoire pour François Fillon, bien sûr. Mais s’il y a bien surprise, elle n’est plus exactement de même nature.

à propos de la visite de Noam Chomsky à Paris cette semaine

Noam Chomsky est d'abord un linguiste; et aussi un critique de la politique étrangère des Etats-Unis. Sa visite à Paris passe quasi non rapportée par nos médias, sauf le blog les crises d'Olivier Berruyer. Voir ici.
On y trouve cette opinion de Chomsky sur le journalisme français:

À bien des égards, la France est restée repliée sur elle-même depuis la fin de la guerre. Les Français devraient s’en inquiéter. […]
Prenez les camps soviétiques. En 1950, tout le monde, du moins en Occident, connaissait l’existence du goulag. Lorsque les livres de Soljenitsyne sont arrivés, ce fut important, mais on n’a pas appris grand-chose qu’on ne savait déjà. En France, au contraire, ce fut une révélation dont les intellectuels parisiens se sont aussitôt attribués le mérite. Ils n’avaient que trente ans de retard ! […]
La France est le seul pays où Eric Hobsbawn a eu autant de difficultés à être traduit. [NdT : pour L’âge des extrêmes (*)] La France est restée relativement isolée en philosophie, en littérature et dans certains domaines scientifiques. C’est un pays très replié sur lui-même, où un certain nombre d’intellectuels se préoccupent peu de ce qui se passe dans le reste du monde.  Je ne parle bien entendu que d’une poignée d’intellectuels parisiens. Mais ce groupe est très influent. Ils créent leur propres mythes sur tout et sur rien, le tiers-monde, le maoïsme, etc. En tous cas, c’est dogmatisme, sans prise sur le monde réel.”
(*) Voir ici l'âge des extrêmes, le 3è de la trilogie de Hobsbawn

On y trouve aussi ce pavé "Politique post-vérité ou journalisme post-politique ?" de Frédéric Lordon paru dans le Monde Diplomatique
De ce pavé, le concept de "post-vérité" ou "post-politique" me paraissent intéressants. Nos médias et nos journalistes sont le reflet de nous mêmes et de notre société; médias qui appartiennent à de grandes fortunes ou devenus telles.  Journalistes qui se prétendent indépendants de ces magnats.  Les commentaires viennent toujours après les évènements; les connaissances acquises permettent seulement de  comprendre ce qui s'est passé; mais rarement de les avoir prévus à l'avance.

Voir videos de Noam Chomsky à commencer par son avis sur Wikileaks

Voir cet article de Guy Martin sur la venue de Chomsky à Paris

François Fillon n'entend pas infléchir son programme



Libération titre Fillon-Thatcher

François Fillon n'entend pas infléchir son programme

PARIS (Reuters) - François Fillon, gagnant des primaires de la droite, a déclaré lundi qu'il n'avait pas l'intention d'infléchir son programme et s'est défendu de vouloir privatiser le système de santé comme l'affirment ses détracteurs.

Monday, November 28, 2016

Qui sont les électeurs de François Fillon ?



Plus masculin, plus âgé que celui de son adversaire : ainsi apparaît l'électeur de François Fillon qui a imposé à droite l'image de celui qui « veut vraiment changer les choses » en vue de la présidentielle de mai prochain. L'électorat de la primaire à droite a été globalement le même à chacun des deux tours, selon les sondages réalisés à l'issue du vote.

Réflexions à propos d'ordre logique Jean Coroller - Callian 2010

Les Suisses votent « non » à une sortie accélérée du nucléaire

François Fillon a gagné largement la primaire de la droite et du centre



Fillon, des petits matins blêmes à la présidentielle

Source fr.reuters.com  Sophie Louet


François Fillon, candidat officiel de la droite et du centre pour la présidentielle de 2017, entre désormais dans une compétition "plus difficile, plus insaisissable" avec l'ambition de "libérer" la France.
L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy aura donc définitivement bousculé tous les scénarios, dont il affirmait l'illégitimité depuis son entrée en lice, renvoyant dans les coulisses l'ex-président et Alain Juppé, son adversaire malheureux du second tour.

De là à dire que le "fillonisme" est né sur les cendres du "chiraquisme" et du "sarkozysme", il y a un pas que ce Sarthois solide et mesuré n'entend pas franchir.

Sunday, November 27, 2016

A propos de la dette souveraine des états

François Fillon nous parle de la dette de la France à plus de 2000 milliards d'€ et toujours croissante.

Avec la dette nationale des États-Unis se clôturant sur la barre des 20 billions de dollars (*), il y a eu beaucoup de conversation à Washington au sujet de la dette et de son rôle au sein du gouvernement.
Et la plupart de ces conversations tournent maintenant autour du président élu Donald Trump. D'un côté, la campagne de Donald Trump avait comme première rhétorique dans la campagne présidentielle que  l'élimination du déficit et de la dette publique serait primordiale s'il était élu.

Rapport du Crédit Suisse sur les inégalités



Global Wealth Update: 0.7% Of Adults Control $116.6 Trillion In Wealth


Today Credit Suisse released its latest annual global wealth report, which traditionally lays out what is perhaps the biggest reason for the recent "anti-establishment" revulsion: an unprecedented concentration of wealth among a handful of people, as shown in its infamous global wealth pyramid, an arrangement which as observed by the "shocking" political backlash of the past few months suggests that the lower 'levels' of the pyramid are increasingly unhappy about.

Saturday, November 26, 2016

Fidel Castro est mort, une page de l'histoire du XXe siècle se tourne


VIDÉOS / EN IMAGES - Le père de la révolution cubaine, qui dirigea le pays pendant cinq décennies, s'est éteint à La Havane vendredi soir. Un deuil national de neuf jours a été décrété à Cuba. Sa mort, pleurée dans la capitale cubaine et célébrée à Miami, a suscité de nombreuses réactions internationales.
«Le commandant en chef de la révolution cubaine est décédé à 22h29 ce soir.» C'est par cette simple phrase que Raul Castro, son frère, a annoncé la nouvelle: Fidel Castro, père de la Révolution cubaine, est décédé vendredi soir à La Havane. Cuba avait célébré ses 90 ans en août dernier. Après cinq décennies à la tête du régime communiste, et une sixième passée à l'écart du pouvoir pour raisons de santé, l'ancien chef d'État s'est éteint.
Le président cubain n'a pas révélé les causes du décès, mais a précisé que Fidel Castro serait incinéré, conformément à sa volonté. Les autorités cubaines ont décrété samedi neuf jours de deuil national.

Présidentielle : et maintenant Michèle Alliot-Marie Mam!

Friday, November 25, 2016

Fillon-Juppé ou Bonnet Blanc et Blanc- Bonnet; je prends le plus sexy.



Duel à fleurets mouchetés entre Fillon et Juppé



Reuters: François Fillon, favori pour l'investiture présidentielle à droite, et Alain Juppé, "outsider" malgré lui, se sont mesurés jeudi soir avant le second tour de la primaire dans un débat où la retenue l'a emporté pour éviter de nouveaux déchirements.

Après trois jours d'affrontements consécutifs à la qualification surprise de l'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy avec 44,1% des voix contre 28,6% au maire de Bordeaux, les deux prétendants ont ostensiblement joué l'entente cordiale, quitte à noyer l'enjeu sous des échanges techniques.

Thursday, November 24, 2016

Le ras le bol fiscal incite toujours plus de gens au départ! Alors Fillon - Juppé?



L'exil fiscal continue malgré un recul du départ des ISF

L'exil fiscal des contribuables dont le revenu dépasse 100.000 euros par an s'est poursuivi en France en 2014, avec une hausse de 10% des départs, selon le rapport annuel du ministère des Finances qui pointe toutefois une baisse des départs des foyers assujettis à l'impôt sur la fortune (ISF).

Plus de 4.100 départs de foyers gagnant plus de 100.000 euros par an ont été enregistrés en 2014, contre 3.744 en 2013, selon ce rapport transmis au président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, Gilles Carrez, et dont les données sont révélées jeudi par Les Echos.
Mais pour le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert ces chiffres ne sont pas forcément imputables au niveau de la taxation en France.

Wednesday, November 23, 2016

François Fillon sur Z&N avec Eric Naulleau et Eric Zemmour | excellent

François Fillon sur Z&N avec Eric Naulleau et Eric Zemmour | excellent vrai débat.
Pas de langue de bois; un homme politique vraiment normal avec qui on peut discuter! un régal! Je veux qu'on l'essaie pour la France de demain; donnons lui ses 5 ans; il ne peut pas faire pire que les précédents Hollande, Sarkozy et Chirac.



Plus: Eric Naulleau Eric Zemmour Z&N c'est Zemmour et Naulleau

Juppé se révèle comme il est pour gagner à tout prix!

Juppé accuse Fillon de bénéficier d'un soutien de l'extrême droite

En pleine escalade des affrontements à l'approche du deuxième tour de la primaire de la droite Alain Juppé a dénoncé les "soutiens d'extrême droite" se portant sur François Fillon et son programme économique "brutal", pourtant pleinement assumé par son adversaire.

Après avoir dénoncé lundi la vision "extrêmement traditionaliste" de la société portée par François Fillon, Alain Juppé a dénoncé mardi soir, lors d'un meeting à Toulouse, "les soutiens d'extrême droite" qui selon lui "arrivent en force" en faveur de François Fillon.

Son équipe a cité en particulier le maire d'Orange Jacques Bompard et Carl Lang, ancien secrétaire général du FN et président du Parti de la France, qui a souhaité dimanche "confirmer au deuxième tour le rejet d'Alain Juppé". Mais M. Lang a précisé à l'AFP qu'il n'entendait pas voter dimanche.
Une autre groupe d'extrême droite, Riposte laïque, a lancé un appel contre le maire de Bordeaux mardi: "pour contrer le vote musulman, votons Fillon en masse!".

Plus tôt dans la journée, Alain Juppé avait appelé son adversaire à "clarifier" sa position sur l'avortement.

Le favori des sondages avait en effet dit en juin que "philosophiquement et compte tenu de (sa) foi personnelle", il ne pouvait pas "approuver l'avortement", tout en répétant plusieurs fois depuis lors que "jamais personne et certainement pas moi ne reviendra sur l'avortement".

Mardi, c'est notamment sur cette question qu'il a reçu le soutien du président du parti démocrate chrétien Jean-Frédéric Poisson. Répondant à sa demande, M. Fillon a assuré dans une lettre publiée par Le Figaro qu'il "partage totalement" sa volonté de replacer "au coeur des politiques publiques" notamment "la politique familiale" et "l'accueil de la vie", sans évoquer explicitement l'avortement.
En déplacement à Viry-Châtillon (Essonne), s'est indigné que M. Juppé lui prête une ambiguïté sur l'avortement: "Jamais je n'aurais pu penser que mon ami Alain Juppé tombe aussi bas!"
"Est-ce qu'une seule fois j'ai pris une position contraire à l'avortement? (...) Que la campagne reprenne sa dignité et qu'on cesse les polémiques qui sont inqualifiables et qui, franchement, abaissent le niveau", a-t-il ajouté.

Alain Juppé (28,5%), seize points derrière François Fillon (44,1%) selon les résultats toujours provisoires au premier tour de la primaire, est bien décidé à mettre "toute la gomme", selon son expression, pour rattraper son retard d'ici dimanche.

Il a également dénoncé mardi soir les "attaques personnelles ignominieuses" et la "campagne dégueulasse" émanant des réseaux sociaux le baptisant "Ali Juppé, grand mufti de Bordeaux".


Enfin le maire de Bordeaux a attaqué "la brutalité" du programme économique "mal étudié" et qui n'a "pas de sens" de son adversaire, notamment les suppressions de 500.000 postes de fonctionnaires.
Son allié François Bayrou, qui n'exclut pas de défendre son propre projet en cas de défaite d'Alain Juppé, lui a fait écho sur ce thème: "Ce qui me frappe, c'est la brutalité du programme de François Fillon. Et je ne crois pas que la France ait besoin de brutalité", a-t-il dit à l'AFP.

Mais François Fillon s'est affiché sans complexe à cet égard.

"Je trouve singulièrement piquant qu'on m'accuse d'être droit dans mes bottes", s'est-il même amusé devant des millieurs de partisans réunis en banlieue lyonnaise, dans une allusion transparente à la fermeté d'Alain Juppé, alors Premier ministre, face aux manifestations contre sa politique sociale dans les années 1990.

"Si on n'est pas radical maintenant, je me demande quand on le sera ? Je lui réponds que si on ne prend pas tous les risques maintenant, je me demande quand on les prendra ?", a-t-il lancé.
Après ces rassemblement, la campagne se poursuit dans les médias dès mercredi matin, à la veille de l'ultime débat télévisé entre les deux hommes.

Les positions des deux candidats

Source 23/11/2016 06:29:37 - Paris (AFP) - © 2016 AFP

Les coupures d'électricité cet hiver



Les centrales d'EDF pourraient repartir dans 1 mois

PARIS (Reuters) - L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a reçu d'EDF un dossier complet concernant les tests réalisés sur ses centrales nucléaires à l'arrêt et estime à un mois environ le temps nécessaire pour autoriser ou non leur redémarrage, déclare mardi au Figaro le président de l'ASN.
Pierre-Franck Chevet indique aussi au quotidien qu'il faut attendre un mois avant que les réacteurs à l'arrêt redeviennent opérationnels, puis atteignent leur pleine puissance en janvier 2017.
"Dans le meilleur des cas, les réacteurs d'EDF pourraient être opérationnels dans un mois et atteindre leur pleine puissance en janvier 2017", déclare le patron de l'ASN.
"L'ASN a transmis ces éléments de calendrier à RTE (Réseau de transport d'électricité), en charge du réseau, dont le rôle est d'équilibrer la consommation et l'offre d'électricité", poursuit Pierre-Franck Chevet.
L'ASN a demandé à EDF de mener des contrôles supplémentaires sur 12 réacteurs, ce qui a fait craindre que la France ne puisse faire face aux pics de demande d'électricité de l'hiver.
Selon des précisions données par la suite par EDF, le redémarrage des réacteurs Dampierre 3 (900 MW) et Civaux 2 (1.500 MW), qui devait avoir lieu le 30 novembre, est désormais prévu le 31 décembre. Le redémarrage du réacteur St Laurent 2, prévu le 27 novembre, est avancé de trois jours.
Sept réacteurs EDF doivent désormais reprendre la production le 31 décembre : Dampierre 3 (900 MW), Civaux 2 (1.500 MW), Tricastin 4 (900 MW), Gravelines 2 (900 MW), Bugey 4 (900 MW), Tricastin 1 et Tricastin 3 (900 MW chacun).
La France dépend des 58 réacteurs français d'EDF pour 75% de ses besoins en électricité.
Les contrôles menés portent sur des fonds de générateurs de vapeur pouvant présenter une zone de concentration importante en carbone risquant de conduire à des propriétés mécaniques plus faibles qu'attendues.
fr.reuters.com (Matthieu Protard et Bate Felix, avec Danielle Rouquié)

Tuesday, November 22, 2016

François Fillon ultra libéral! le vilain petit canard!!!

Pourquoi François Fillon n’est pas l’ultra-libéral que veulent voir ses opposants de tous bords

Atlantico : En termes de vision économique, François Fillon est souvent taxé d'ultra-libéral par une partie de ses opposants. Est-ce vraiment un "procès" qu'on peut lui faire ? Le sérieux budgétaire et la volonté de remise en ordre qu'il incarne sont-ils vraiment une marque "d'ultra-libéralisme" ?

Le projet de Fillon nuirait à la France, juge Juppé


La confrontation des programmes de Juppé et de Fillon, pour la course au candidat de la droitevet du centre pour la présidentielle 2017  commence.

PARIS (Reuters) - Le programme "irréaliste" de François Fillon ne pourra pas être mis en oeuvre et mettrait le pays dans une situation très difficile, a jugé mardi Alain Juppé, ajoutant que les hausses de TVA proposées par son adversaire impliquent qu'il n'y aurait aucune baisse de la pression fiscale pour les Français. François Fillon, qui a devancé Alain Juppé de 16 points au premier tour de la primaire de la droite et du centre, dimanche, estime quant à lui que "le scepticisme d'Alain Juppé révèle ses hésitations à agir fort". 

Monday, November 21, 2016

Duel Fillon-Juppé pour l'investiture à droite; Sarkozy éliminé


Une quasi surprise à la Trump. Maintenant, au duel Fillon-Juppé,  mais le premier a recueilli 44.2% des votes, le second 28.5%. Or Sarkozy 20.6% et Bruno Le Maire 2.4% appellent leurs électeurs à voter Fillon ... ça fait 67.2%... et peut-être que d'autres se joindront! Juppé espère une grande surprise dimanche prochain.
 
  Après la longue et excellente soirée d'hier sur France 2,  (voir ma page facebook), voici le débriefing complet du premier tour  de l'élection primaire de la droite et du centre. 

Sunday, November 20, 2016

Comment la "déconnomie" guide le monde, par Jacques Généreux


Jacques Généreux est professeur à Sciences-Po Paris. Dans "La déconnomie", son dernier essai, il vilipende la pensée orthodoxe en économie et les impasses théoriques auxquelles elle mène. En faisant appel aux sciences humaines, il explique le fonctionnement des élites et l'aliénation du peuple, tout en traçant un chemin pour les en délivrer. Entretien.

Saturday, November 19, 2016

Toulouse : l'ubuesque audience du directeur de l'école musulmane

 L'imam controversé Abdelfattah Rahhaoui a notamment répondu ce jeudi, à Toulouse, de l'ouverture d'un collège confessionnel clandestin.
La salle d'audience n'était pas bondée, mais l'ambiance ubuesque. Directeur de l'école privée musulmane hors contrat Al-Badr, Abdelfattah Rahhaoui devait répondre ce jeudi, devant le tribunal correctionnel de Toulouse, de trois accusations: violences volontaires sur mineurs, ouverture d'un collège clandestin et poursuite d'une activité scolaire malgré une mise en demeure de l'Éducation nationale.    Lire la suite...

Les députés - majorité socialiste - adoptent le prélèvement de l'impôt à la source



PARIS (Reuters) - Les députés français ont voté vendredi soir l'instauration du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu à compter de janvier 2018, dont l'adoption avait été bloquée la veille par l'opposition.


Cette mesure phare du projet de loi de finances (PLF) pour 2017, dernière réforme d'ampleur du quinquennat de François Hollande à laquelle l'opposition est farouchement opposée, avait été bloquée jeudi avec l'adoption d'un amendement déposé par deux députés du groupe Les Républicains.Cet amendement remplaçait le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu par une mensualisation obligatoire. Le gouvernement, par la voix du secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, avait demandé une seconde délibération, à l'issue de laquelle le prélèvement à la source a finalement été adopté. 


Cette mesure a été votée par une minorité de députés présents; s'il y avait un quorum elle ne serait pas passée. La droite a pris l'engagement de l'abroger!

Primaires: lassitude et tremplin trumpiste


Les primaires tuent-elles la démocratie ?

Eric Verhaeghe

Les primaires devaient – et c’était une bonne idée – participer à la démocratie en rendant plus transparent le fonctionnement des partis politiques. Leur déroulement pourrait très bien aboutir au contraire : à force d’allonger la campagne électorale, et d’enchaîner débats confus pour ceux qui cherchent une investiture, et discours vides pour ceux qui font cavalier seul, les primaires forgent progressivement une lassitude pour le formalisme démocratique sans véritablement atteindre le fond des problèmes.

Primaire à droite, lassitude


 «La primaire, prisonnière du monde ancien»


BLOC-NOTES d'Alain Rioufol
La leçon de démocratie américaine oblige les prétendants à l'Élysée, qui débattaient une dernière fois jeudi soir, à mettre plus encore le peuple oublié au cœur de leurs programmes.

L'élection de Donald Trump est un requiem pour le monde ancien. Celui qui va lui succéder réclame déjà des limites. Limites à la mondialisation qui abîme les peuples, au libre-échange qui paupérise les faibles, à l'immigration qui déséquilibre les nations, à l'islam politique qui veut asservir la planète. L'ombre de la guerre est partout présente. La révolution conservatrice qui déboule désacralisera aussi, au nom de la protection de la planète, le culte voué à la croissance économique et démographique. Mais les vieilles idéologies sont des obstacles à ces défis: pas plus le progressisme que le pacifisme, le relativisme ou le «bien-pensisme» ne peuvent répondre aux désastres créés par leurs erreurs. Les idées neuves courent après l'histoire que les peuples excédés ont choisi d'improviser. Dans ce contexte, la primaire de la droite a gentiment ronronné. Saura-t-elle répondre à l'ère nouvelle?

Friday, November 18, 2016

Service public, vie des entreprises, investissement : des pistes contre le FN

Des économistes apportent des propositions pour contrer le populisme du FN. (source: l'Obs)

Après l'appel pour un sursaut européen face aux populismes, les contributions de Martine Aubry, Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Najat Vallaud-Belkacem, voici les propositions du secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, des économistes Jézabel Couppey-Soubeyran et Mathieu Plane, du conseiller  Jean-Paul Betbèze, et des anciens ministres Corinne Lepage et Thierry Breton.

Demain (2015) film documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent - sous-titré en français - 1/2 - Video Dailymotion

Retour sur le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent "Demain". Un succès passant le million de viewers.


Demain (2015) film documentaire de Cyril Dion... par TheFrenchFrog

How China is building a global currency

The Gig Economy: Work, Online Selling and Home Sharing | Pew Research Center

​The Gig Economy: Work, Online Selling and Home Sharing |Gig economy: travailler, vendre en ligne et partager son logement.




Qu'est ce que la GIG economy? GIG c'est boulot ou petit boulot.  Un phénomène social d'adaptation à la crise pour certains, l'utilisation de l'internet, du smartphone et des applications de mise en contact de "producteurs" de biens ou de services avec des "consommateurs" intéressés? Comme toujours le phénomène vient des Etats-Unis. Il est analysé ici par le Pew Research Center.

Plus sur la GIG economy

Thursday, November 17, 2016

Mais pourquoi Macron est-il si soutenu par BFM TV?


Pas mal, le soutien massif de BFM TV à Emmanuel Macron. On a l’habitude de voir les mêmes informations passer en boucle sur cette chaîne, donc on n’est pas complètement surpris. Mais à ce point tout de même… La chaîne n’en a pas démordu de toute la journée, comme si plus rien d’autre ne se passait en France que la déclaration de candidature de l’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée.

Quand on y regarde de près, on se pose quand même quelques questions sur la machine médiatique qui a décidé (avec maladresse) d’installer le jeune Macron dans le fauteuil du sauveur de la République.

Primaire à droite : Bruno Le Maire essaie de limiter la casse

La primaire à droite se joue entre Juppé, Sarkozy et Fillon; mais bien malin qui peut en prévoir l'issue aujourd'hui, car tout dépend de qui va venir voter à cette primaire et en quel nombre. On risque qu'une minorité militante nous impose son candidat. Où est la démocratie? . Voir cette analyse.

Le « renouveau ». Un mot qu'il aura martelé durant toute la campagne. Un slogan répété jusqu'à plus soif dans les meetings, imprimé sur les tee-shirts très marketing des « Jeunes avec BLM » : « Le renouveau, c'est Bruno. La primaire, c'est Le Maire. » Et à une encablure du premier tour de la primaire , le jour où Emmanuel Macron se lance dans la course présidentielle, c'est encore au « renouveau » que fait désespérément appel Bruno Le Maire. « Cela change la donne », a ainsi admis le député de l'Eure, interrogé mercredi matin sur BFMTV. A gauche, bien sûr, a-t-il pointé. Mais aussi à droite, veut-il encore croire.

Wednesday, November 16, 2016

Macron candidat: écoutez le interviewé dans les studios de Mediapart.

Ziad Takieddine trois valises libyennes pour Sarkozy via Géant | Mediapart



Ziad Takieddine, l’homme qui a introduit Nicolas Sarkozy auprès de Mouammar Kadhafi, avoue avoir apporté au ministère de l’intérieur, fin 2006 et début 2007, plusieurs valises d’argent liquide préparées par le régime libyen, pour un montant total de 5 millions d’euros. « J'ai découvert des choses qui ne méritent plus d'être cachées », déclare-t-il, en annonçant son intention de « raconter exactement les faits à la justice ».
Tourné le 12 novembre 2016, à Paris.
Entretien par Nicolas Vescovacci.
Mediapart (Fabrice Arfi et Karl Laske), production Premières Lignes.

Macron: réussite de son entrée en politique pour la course à la présidentielle.



Plus: Actualités Emmanuel Macron.

Maintenant il va falloir nourrir la machine médiatique.... et être CONTRE Hollande et Valls.

Tuesday, November 15, 2016

Géo stratégie: Etats-Unis, Europe et Russie



The US presidential campaign contained a constant undertone of Russia and President Vladimir Putin. Putin said nice things about Donald Trump, and Trump about Putin. In fact, there is a small faction of Trump supporters that admires Putin for being a strong leader and for his position on gay rights and other matters. They do not see him as a former communist, but rather as a defender of Western civilization.

Hollande battu par Montebourg à la primaire PS, pas Valls, pour un sondage BVA


 

 Arnaud Montebourg l'emporterait sur François Hollande au second tour de la primaire de la gauche, mais l'ex-ministre serait battu en cas de duel avec Manuel Valls, selon une enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange publiée mardi.
Selon ce sondage réalisé dans la perspective du scrutin programmé fin janvier, le chef de l'Etat recueillerait 40% des suffrages au premier tour, soit une baisse de trois points par rapport à septembre.

Sunday, November 13, 2016

Christophe Bouillaud sur le séisme Trump et la suite en France.

Publié le 9 novembre 2016

Je ne sais pas ce que le destin trouve de si passionnant aux 9 novembre, mais je soupçonne qu’il commence à se moquer sérieusement de nous. Le 9 novembre 1918, l’Empire allemand s’écroule. Le 9 novembre 1938, c’est la « Nuit de Cristal ». Le 9 novembre 1989 tombe le Mur de Berlin. Et, le 9 novembre 2016, on annonce l’élection à la surprise et stupeur générales comme Président des États-Unis d’un lointain descendant d’immigrant allemand, d’un outsider absolu de la politique. C’est vraiment, semble-t-il, le « Schicksaltag der Deutschen » , le jour du destin des Allemands, et, par là-même, de nous-mêmes.

Comme beaucoup de gens pourtant bien informés a priori, je n’avais pas venu venir cet événement. Ou plutôt ai-je espéré jusqu’au dernier moment que les sondages diffusés par les médias ne se trompent pas. Je trouvais pourtant que le slogan choisi par Donald Trump était excellent : « Make America Great Again », une telle forfanterie de sa part ne pouvait que le porter à la Maison blanche. Ce n’était pourtant là qu’une simple intuition (esthétique?) de ma part.

What America’s Economy Needs from Trump | Joseph E. Stiglitz




NEW YORK – Donald Trump’s astonishing victory in the United States presidential election has made one thing abundantly clear: too many Americans – particularly white male Americans – feel left behind. It is not just a feeling; many Americans really have been left behind. It can be seen in the data no less clearly than in their anger. And, as I have argued repeatedly, an economic system that doesn’t “deliver” for large parts of the population is a failed economic system. So what should President-elect Trump do about it?
Over the last third of a century, the rules of America’s economic system have been rewritten in ways that serve a few at the top, while harming the economy as a whole, and especially the bottom 80%. The irony of Trump’s victory is that it was the Republican Party he now leads that pushed for extreme globalization and against the policy frameworks that would have mitigated the trauma associated it. But history matters: China and India are now integrated into the global economy. Besides, technology has been advancing so fast that the number of jobs globally in manufacturing is declining.

Après Hollande, le Parti socialiste, un champ de ruines

w704.jpg
A quoi ressemblera le PS au lendemain des élections présidentielle et législatives de l'an prochain ? Des échéances qui s'annoncent particulièrement difficiles pour le parti au pouvoir depuis 2012. Au-delà des discours de remobilisation des uns et des autres, rares sont ceux qui rêvent encore d'une victoire. Or, les conséquences d'une défaite risquent d'être dramatiques pour le PS. Comme il le fait régulièrement depuis des mois, le Premier ministre Manuel Valls a une nouvelle fois tiré la sonnette d'alarme fin octobre. « La gauche peut sortir de l'histoire », a-t-il averti sur l'antenne de France Inter. Comprendre : si elle n'arrive pas à surmonter ses divisions, à se réinventer pour au moins sortir avec un résultat honorable l'année prochaine, la gauche pourrait être condamnée pour longtemps à végéter dans l'opposition. Au risque pour le Parti socialiste de ne jamais réussir à redevenir une force de gouvernement.
A priori, beaucoup d'indices plaident pour un tel scénario. D'abord les divisions. Elles n'ont cessé de s'exacerber au cours du quinquennat de François Hollande. Depuis l'été 2012 et l'absence de renégociation du traité européen, l'aile gauche du PS a une lecture de plus en plus critique de l'action du président sortant. La loi Macron, la loi travail ou encore le projet avorté de déchéance de nationalité sont passés par là. Au printemps, des élus socialistes sont descendus dans la rue et ont signé une motion de censure contre une majorité socialiste. Du jamais vu...
À lire aussi
Certes, comme l'a rappelé Jean-Christophe Cambadélis, son premier secrétaire, le PS n'a jamais été une famille unie. Les divergences de fond ont souvent opposé ses dirigeants depuis sa création en 1971, aboutissant parfois à des ruptures spectaculaires (départs de Jean-Pierre Chevènement en 1993 ou de Jean-Luc Mélenchon en 2008 ). Mais il avait toujours réussi à rebondir, comme après la déroute des législatives de 1993, à se rassembler avant les grandes échéances, à commencer par les présidentielles. Etre dans l'opposition a évidemment rendu cette tâche plus facile avant les scrutins de 2007 et de 2012. Mais en 2016, après quatre ans d'exercice du pouvoir, ce rassemblement n'est pas à l'ordre du jour. Il apparaît même utopique.
D'autant qu'au-delà des divergences idéologiques, historiques au PS, les rivalités et inimitiés ont elles aussi atteint un point haut. La rupture est consommée avec certains frondeurs, Arnaud Montebourg en tête. Celui-ci veut tourner la page François Hollande et joue sa campagne de la primaire socialiste sur le thème du « Tout sauf Hollande ». Cette ligne rend difficile un message de rassemblement pour l'après-primaire si le président en sortait vainqueur, tout comme elle rend difficile un ralliement de l'ensemble du PS à Arnaud Montebourg, en cas de victoire de ce dernier. L'ancien ministre de l'Economie l'a déjà dit : s'il perd la primaire, il rentrera chez lui et ne fera pas campagne pour Hollande.
Le PS est aujourd'hui un parti coupé en deux - le dernier Congrès de Poitiers a donné 30 % des voix aux frondeurs - et tout laisse à penser qu'il ne réussira pas à recoller les morceaux. A l'extérieur du parti, il n'est évidemment plus question d'une alliance avec le PCF et encore moins avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon. Avec lui, la rupture est actée depuis le lendemain du 6 mai 2012 et l'intéressé cherche même à supplanter le PS en tant que première force de gauche. Une alliance avec les écologistes d'EELV n'a plus aucun sens, non plus, compte tenu de la faiblesse du Parti vert. A droite du parti, Emmanuel Macron tente son aventure en créant son mouvement ex nihilo, estimant caduc le clivage idéologique gauche contre droite. Il ne croit plus aux anciens partis, aux lignes de fracture trop fortes. A gauche, le PS est non seulement moribond, mais il est surtout isolé et cerné.
Sa situation actuelle l'amènera sans doute à entamer un nouveau cycle à partir de 2017, et à fermer celui né à Epinay en 1971. « Le cycle d'Epinay sera sans doute clos après les prochaines élections, et le double risque que court le PS est d'une part de ne plus pouvoir faire d'alliance sur sa gauche et d'autre part de ne plus être assez puissant pour demeurer un parti de gouvernement », note le spécialiste de la gauche Gérard Grunberg.

Un PS à 60 députés ?

Mais les incertitudes sont encore trop nombreuses aujourd'hui pour écrire un quelconque scénario. Nombre de questions décisives pour l'avenir du parti restent sans réponse : quel candidat en 2017 ? Quel score à la présidentielle, sachant qu'une élimination du candidat PS au premier tour, et circonstance aggravante, à une quatrième ou cinquième place comme le prédisent certains sondages pour François Hollande, n'aura pas les mêmes conséquences que si le candidat socialiste se qualifie pour le second tour. Après les législatives, le PS sera-t-il, en cas de défaite, le premier parti d'opposition ? Ou laissera-t-il cette place au FN, qui est parti pour faire un retour en force à l'Assemblée nationale l'année prochaine (la dernière fois, c'était en 1986, à la faveur de la proportionnelle). Un PS à 60 députés, comme en 1993, n'aura pas le même avenir que le même parti à 120 ou 150 parlementaires...
Le problème du PS s'inscrit aussi dans une problématique plus large, celle de l'avenir de la social-démocratie en Europe. Dans de nombreux pays, comme en Angleterre ou en Espagne, elle est en crise quand elle n'est pas en ruines comme c'est le cas du Pasok en Grèce. Il y a, bien sûr, les raisons internes, mais aussi une crise plus profonde liée à l'émergence d'un populisme à droite comme à gauche. « Le PS est un avant-poste de la crise de la démocratie », résume Gilles Finchelstein, directeur de la Fondation Jean Jaurès.

Source: Gregoire Poussielgue / Journaliste, www.lesechos.fr

Saturday, November 12, 2016

Le dessous des cartes | ARTE La Finlande

Pew Research Center a non advocated opinion survey center

A Divided and Pessimistic Electorate

Voters skeptical of progress in many areas – even jobs – since 2008. Beyond their disagreements over specific policy issues, voters who supported President-elect Donald Trump and Hillary Clinton also differed over the seriousness of a wide array of problems facing the nation, from immigration and crime to inequality and racism. Read on these differences...

More: Behind Trump’s victory: Divisions by race, gender, education

Les Etats-Unis  sont souvent les indicateurs de tendances pour tous les pays d'Europe...

Juppé, Fillon confortent leur stature présidentielle | À la Une | Reuters


PARIS (Reuters) - A l'approche du premier tour de la primaire de la droite du 20 novembre, les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon confortent leur stature présidentielle, selon un sondage Viavoice publié samedi dans Libération. Les sondés ne sont que 10% à estimer que le président sortant François Hollande, qui doit se prononcer en décembre sur une éventuelle nouvelle candidature, serait un "bon président" pour la France à partir de 2017.
Les personnes interrogées sont 50% à estimer qu'Alain Juppé ferait un bon chef de l'Etat, soit une hausse de six points en un mois. François Fillon fait un bond de neuf points, à 34%. L'ancien président Nicolas Sarkozy est crédité de 27% (+6).
Pour 29% des sondés (+1), la présidente du Front national Marine Le Pen ferait une bonne présidente de la République.
A gauche, l'ancien ministre Emmanuel Macron arrive en tête avec 33% (+3), devant le chef du gouvernement Manuel Valls (27%, +4).
François Hollande est en bas du tableau, à 10%, en baisse de deux points par rapport au mois d'octobre.
Le sondage a été réalisé en ligne du 3 au 7 novembre 2016 auprès d'un échantillon de 1002 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.
Source: Reuters samedi 12 novembre 2016 13h32 (Elizabeth Pineau)

Actualités Fillon
Actualités Juppé
Actualités primaire LR/UDI
​mais faut-il se fier aux sondages?

Un populisme qui sert les riches

buruma.jpgUn populisme qui sert les riches; par Ian Buruma

BUCAREST – Je me suis joint, voici peu, à une visite du Palais du Parlement à Bucarest, cette gigantesque folie, construite dans les années 1980 sur l’ordre du défunt dictateur Nicolae Ceauşescu, qui fut exécuté avant d’en voir l’achèvement. Les statistiques égrenées par notre guide étaient stupéfiantes : le troisième plus grand édifice au monde, plus 20 000 mètres carrés de tapis, un million de mètres cubes de marbre, 3 500 tonnes de cristal. L’énorme escalier de marbre avait dû être reconstruit plusieurs fois afin de mieux en adapter les marches au pas du dictateur, qui était de petite taille. Lire la suite....

Friday, November 11, 2016

Après le Brexit, après le Trump, à qui le tour maintenant?

Leave won. Trump won. Will Germany, France, Italy, and the Netherlands be next?


Currently; it looks like it. by Christian Nelson,


populistmap2.pngThe political landscape in Europe has turned increasingly more right-wing in the last few years and those political parties that was once described as fringe are now enjoying increasingly more popular support.

I've talked about this in another answer and I hope no one will object if I copy & paste it here:

The movement towards extremism (mostly to right), nationalism and anti-establisment has been in the rails for a while now. It first started with Turkey and some other Eastern European countries, then in Britain with emergence of Corbyn on the left and Farage and Brexit on the right. Far-right movements are on the rise in Austria, Netherlands, Belgium, France and Germany (“rise of far-right in Germany” is always a comforting thought) amongst others. I really hoped Trump would lose the election but the unpopularity of Clinton and the rise of nationalism (which has always been prominent in the US) stopped me from getting too hopeful.

L'émission politique de F2 David Pujadas et Léa Salamé consacrée à Donald Trump en replay


Christophe Guilluy : "Nous allons vers une période de tensions et de paranoïa identitaire"

Chritophe Guilluy géographe et polémisteHier 10 novembre 2016, lors de l'émission politique de F2, consacrée à l'élection de Donald Trump et à ses répercussions possibles en France, David Pujadas et Léa Salamé nous ont offert  les propos de Christophe Guilluy géographe polémique sur les fractures françaises.

Histoire : Deux guerres mondiales 1914-1918 et 1939-1945, similitudes et différences.

En ce 11 novembre 2016, 98 ans après l'aristice de 1918 qui mit fin à la première guerre mondiale, il est bon de se rappeler ce que fut cette guerre et celle de 1939-1945 qui la suivit.

La première et la deuxième guerre mondiale en Europe présentent des similitudes dans la stratégie de leur déroulement par les belligérants. La première et seconde guerre mondiale furent toutes deux la conséquence de tensions entre les grandes nations de l'Europe. En 1914, la guerre fut la conséquence de l'émergence du nationalisme allemand depuis 1860 avec Bismarck, le système d'alliances multiples et changeantes que Bismarck créa, et les tensions entre les grandes puissances - Angleterre, France, Autriche. La défaite allemande en 1918, l'humiliation du traité de Versailles qui lui fut imposé et les réparations demandées, la crise économique qui en suivit, fomentèrent le désir de revanche, ce qui sous Hitler et le nazisme, conduisit à la 2è guerre mondiale 1939-1945. Lire la suite

The Taming of Trump - justpaste.it

Thursday, November 10, 2016

Les propositions d’Emmanuel Macron mélangent gauche, droite, neuf et vieux



Le Monde: Nous avons examiné plusieurs des premières propositions formulées par l’ancien ministre et presque candidat à la présidentielle dans une interview à « L’Obs ».
LE MONDE | 10.11.2016 à 17h02 • Mis à jour le 10.11.2016 à 17h33 | Par Adrien Sénécat
Emmanuel Macron défend dans L’Obs, jeudi 10 novembre, des propositions présentées comme le cœur de son programme présidentiel – alors qu’il n’a pas encore déclaré officiellement sa candidature. De quoi cerner un peu mieux la ligne politique de l’ancien ministre de l’économie ? Pas forcément. Dans le détail, on y trouve en effet quelques idées nouvelles et d’autres plus récurrentes dans le débat politique. Le tout en mélangeant des mesures considérées comme étant « de gauche » et d’autres « de droite ».

Ministry of Economy and Finance of French Repu : Michel SAPIN, Christophe SIRUGUE et Martine PINVILLE annoncent l'assignation de l'enseigne CARREFOUR devant le tribunal de commerce

Primaire de la droite : ce qu'ils proposent en Dépenses et en Fiscalité | Ifrap


tax.jpg
par  l'équipe de la Fondation iFRAP 10 novembre 2016 •

C'est (heureusement) le consensus des candidats à la primaire de la droite et du centre : il faut baisser les impôts et les dépenses.

Mais au-delà de ce constat, les programmes diffèrent sur la méthode et les montants. Sur le plan fiscal, François Fillon et Nathalie Kosciusko-Morizet souhaitent créer un choc en baissant la fiscalité dès 2017, pour Nicolas Sarkozy, il faut attendre 2018, quand les autres candidats a priori échelonnent leurs baisses de fiscalité sur tout le quinquennat. Dans notre évaluation des programmes économiques, on contaste que ceux qui baissent le plus la fiscalité des entreprises sont aussi ceux qui créent le plus d'emplois et de croissance du PIB.... Lire la suite...

"Gig economy" : comment les entreprises pourraient se passer de leurs salariés


Exploration des ressorts de la « gig economy » et de l’ère des transferts à l’heure de l’économie des plateformes. Par Anthony Hussenot, Université Paris Dauphine – PSL.

Avec une augmentation des travailleurs indépendants de 45% entre 2004 et 2015 en Europe et une économie qui peine à créer des emplois salariés, la gig economy apparaît pour certains comme l'avenir du travail. Reposant sur des contrats de courtes durées entre une entreprise et des travailleurs indépendants, la gig economy concernait jusqu'à présent principalement des emplois peu qualifiés, comme les livreurs chez Deliveroo ou les chauffeurs travaillant pour Uber.

Le premier discours de Donald Trump le 15/6/2016 où il se déclare candidat. et son discours après sa victoire



Tout est dit sur les désordres de la civilisation: la mondialisation et ses perdants, la destruction de l'Irak et l'inflammation du Moyen Orient, le vide laissé par les américains et son remplissage par l'état islamique, l'immigration incontrôlée, la finance, etc... Un discours tenu chez nous aussi par tous les candidats. L'outrance s'il y avait était dans le "je suis un homme qui a réussi! j'ai construit des tours et des golfs... " c'est l'archétype du rêve américain de toujours après tout.  Sans oublier qu'il était au bord de la faillite en 2000 et qu'il a su s'en sortir.

Plus: Trump a bâti sa victoire sur la débâcle de l'industrie de l'automobile de la rust belt.

Maintenant qu'il a été élu, par sa stratégie  gagnante, il exercera le pouvoir dans le système institutionnel américain fait de checks and balances de la constitution de 1787. Une constitution remarquable de stabilité comparée à la notre. Et il devra tenir compte des réalités du monde avec pragmatisme. Son discours de fin de campagne après son élection montre qu'il en sera probablement capable. 

Wednesday, November 09, 2016

Présidentielle 2017: connaître la démarche et le programme de Jean-Liuc Mélenchon

Voici les sept points du projet de programme que je dépose pour permettre qu’un travail collectif ait lieu. Deux personnalités universitaires, deux personnes engagées dans le combat progressiste à travers leur contribution intellectuelle ou leur action personnelle ont accepté de coordonner ce travail d’élaboration collective. Il s’agit de l’économiste Jacques Généreux et de la juriste Charlotte Girard. Dans quelques jours, les contours de l’organisation concrète du travail collectif seront présentés sur ce site. Chaque point du programme fera l’objet d’une modération et ceux qui s'en chargeront seront présentés. D’ici un mois et demi, une première trame rédigée sera proposée avant une nouvelle vague de consultation. Le programme devrait pouvoir ainsi être finalisé avant l’automne.... Suite...

35 heures, chômage, retraites..., le programme social d'Emmanuel Macron

Présidentielle 2017: Rien n'est joué

Il devrait officialiser sa candidature prochainement. D'ici le 10 décembre, selon son entourage. Dans un entretien accordé à L'Obs ce 9 novembre, il dévoile une partie de son programme en matière sociale et sur l'éducation. 

"Quand on est jeune, 35 heures ce n'est pas long"

L'ancien ministre de l'Economie s'était déjà fait remarquer au gouvernement en s'en prenant au totem des 35 heures, il revient à la charge sur la question. Il ne les supprime pas, mais... les assouplit en fonction de l'âge des salariés.

Trump’s New World Disorder Philippe Legrain via Project Syndicate



Trump’s New World Disorder

Philippe Legrain

LONDON – So much for the end of history. Twenty-seven years to the day after the fall of the Berlin Wall heralded the collapse of communism in Europe, Donald Trump’s election as US president endangers the liberal international order that his wiser, broader-minded predecessors crafted.Trump’s “America First,” anti-“globalist” agenda threatens protectionist trade wars, a worldwide “clash of civilizations,” the peace in Europe and East Asia, and further violence in the Middle East. His nativist and authoritarian views also undermine the shared values, faith in liberal democracy, and assumption of benign American hegemony on which the rules-based international system depends. Already in relative decline, the United States is now poised for an angry retreat from the world.

Mon fil twitter sur l'élection de Donald Trump

Voir mon fil twitter sur le séisme de l'élection présidentielle aux États-Unis

et sur ma page Facebook

Quand Donald Trump évoque la France, les critiques pleuvent

Le nouveau président des États-Unis, Donald Trump, a souvent donné son avis sur la France ces derniers mois. Et comme à son habitude, il n'a jamais fait dans la langue de bois.
«La France n'est plus la France», ces propos avaient retenu l'attention au lendemain des attentats de Saint-Étienne-du-Rouvray. Alors candidat républicain à la présidentielle, Donald Trump, avait donné un avis sans concession sur la situation en France après l'attentat qui avait coûté la vie d'un prêtre en Normandie. Lors d'un meeting en Floride en citant une discussion avec un ami, il fait passer un message clair. «Un ami voulait se rendre en France, il y a trois ou quatre mois (...) Je lui ai demandé: Tu as aimé la France? Il m'a dit: je n'irai pas en France» avait raconté Donald Trump avant d'ajouter, «ils ne vont pas m'aimer pour dire ça, mais regardez ce qui s'est passé à Nice. Vous avez vu ce qui s'est passé hier avec le prêtre? [...] La France n'est plus la France.»

Les propos du milliardaire américain n'était pas passé inaperçu à l'époque et avait notamment fait réagir jusqu'au premier ministre, Manuel Valls. Ce dernier avait alors répondu, «la France est toujours la France et la France est forte.»

Donald Trump avait déjà joué avec les nerfs des Français quelques jours après les attentats de Nice, en affirmant sur la chaîne NBC, que s'il était élu président, les citoyens venus de France pourraient subir «un contrôle extrême» à la frontière dans le but de protéger les États-Unis. La raison pour lui: la France serait «infectée par le terrorisme». En associant l'Allemagne, il avait ajouté, «et vous savez quoi? C'est leur faute. Parce qu'ils ont laissé des personnes entrer sur leur territoire».
L'immigration et le terrorisme étant deux des principaux chevaux de bataille de Trump pendant sa campagne, il n'avait pas hésité a affirmer cette position sans nommer la France, lors de son intervention à la convention républicaine en juillet. Il avait déclaré que les États-Unis «devraient suspendre immédiatement l'immigration de toute nation exposée au terrorisme jusqu'à ce que des mécanismes de contrôle efficaces aient été mis en place»

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris avaient aussi permis à Donald Trump de critiquer la France sur sa législation en matière de port d'arme. «Vous pensez vraiment que, s'il y avait eu dans l'assistance quelques personnes armées et entraînées, cela se serait passé de la même façon? Je ne le crois pas. Ils auraient tué les terroristes», avait-il affirmé dans une interview au magazine Valeurs Actuelles. «C'est du bon sens. Je possède en permanence une arme sur moi. Je peux vous dire que si j'avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j'aurais tiré. Je serais mort peut-être, mais j'aurais dégainé.»

Il avait aussi donné son avis sur la situation sociétale française, «malheureusement, la France n'est plus ce qu'elle était, et Paris non plus. Il y a des quartiers dont on a l'impression qu'ils sont devenus hors la loi, qu'ils sont, comme certains de vos essayistes l'ont écrit, des territoires perdus de la République.»

Source: lefigaro.fr