Sunday, October 09, 2016

Belfort qui pleure, Belfort qui (sou)rit Veronique Le Billon Les Echos


Le camion essaie de se frayer un passage. Un deuxième essai, un troisième... Le chauffeur devra patienter. Les Alstom Transport bloquent ce matin les trois accès au site historique de l'usine de Belfort, une mise en bouche avant l'opération ville morte du samedi et le départ en TGV pour rallier le comité d'entreprise parisien, leur survie en objectif. Avenue de la Découverte, les agents du poste de garde les observent avec bienveillance, mais ce n'est plus vraiment leur histoire. S'ils cohabitent toujours sur le même site, eux sont passés sous bannière General Electric il y a bientôt un an, au terme d'un feuilleton politico-industriel qui a vu 70 % du groupe d'Alstom - les activités Energie - racheté par le conglomérat américain. Et pendant que les « Alsthommes » négocient leur avenir ferroviaire, les ex-Alstom Energie viennent d'engranger un contrat de « 1,9 milliard de dollars » - l'unité de compte est désormais américaine - pour fabriquer les turbines à vapeur Arabelle et les alternateurs qui équiperont les deux réacteurs nucléaires EPR qu'EDF doit construire à Hinkley Point, au Royaume-Uni. Une commande qui est venue s'ajouter à celle, cet été, du russe Rosatom pour son futur réacteur Hanhikivi en Finlande. « C'est Belfort qui pleure et Belfort qui rit », fait-on observer au sein du groupe américain. Lire la suite...

No comments:

Post a Comment

Vous êtes les bienvenus pour partager et commenter mon analyse de l'économie, de la société et de la politique. Tout peut être écrit et publié mais dans le respect de la liberté de penser de chacun et la courtoisie. A moi de proposer, à vous de réagir, de contredire et de donner plus de richesse dans le contenu, car les commentaires, parties intégrantes des billets, en constituent la valeur ajoutée. Les commentaires sont modérés. Je me réserve de supprimer ou de modérer tout commentaire indésirable selon les critères énoncés ci-dessus: propos racistes, attaques et invectives personnelles.